quelle est l'origine de la fete des meres introduction

Des déesses antiques aux bouquets de fleurs, en passant par les stratégies politiques…
Et comment fêter les Mères en conscience aujourd’hui ?

}
Temps de lecture : 10 minutes

Dans notre société moderne occidentale, on célèbre les mères depuis le début du XXe siècle. Mais l’idée de célébrer la fertilité et les Mères remonte, comme quasiment toutes nos fêtes, à l’Antiquité… et probablement à des temps bien plus reculés, même si nous n’en avons pas de traces formelles ! Les premières divinités de l’Humanité semblent avoir été des déesses (représentées par les nombreuses “Vénus” retrouvées, statuettes préhistoriques au corps de femme plantureuse). Des divinités maternelles ont été adorées de l’Inde ancienne au monde maya ou aztèque, des traditions celtiques aux peuples premiers d’Amérique, toujours associées à des pierres et des plantes sacrées… Tout autour du monde, la fonction maternelle est donc célébrée à travers des déesses depuis des temps immémoriaux, mais il n’en est pas forcément de même pour les mères bien humaines !

Rhéa dans la GRÈCE ANTIQUE : fêter la maternité à travers une grande divinité

Au printemps, les Grecs antiques fêtaient Rhéa, la déesse-mère, par de grandes festivités. L’occasion de célébrer la fertilité des terres, la fécondité des femmes et la maternité, réunies et symbolisées par Rhéa. Fille de la Terre (Gaïa) et du Ciel (Ouranos), elle est la mère d’importantes divinités du panthéon grec : Hestia, déesse du foyer, Déméter, déesse de l’agriculture et des récoltes, Héra, déesse du mariage et protectrice des femmes, Hadès, dieu du monde souterrain et des Enfers, Poséïdon, dieu de la mer et des océans, ainsi que Zeus, le dieu suprême. Il s’agissait alors d’honorer Rhéa pour attirer ses bienfaits tout au long de l’année à venir.

Rhéa, grande déesse-mère grecque

Rhéa, grande déesse-mère grecque

Les Matronalia du MONDE ROMAIN : honorer les mères de famille et Cybèle

Naturellement, les Romains se sont appropriés cet archétype maternel de Rhéa pour célébrer à leur tour la fertilité et la fécondité, à travers la vénération d’une divinité encore plus ancienne : Cybèle. Déesse d’origine phrygienne (environs de l’actuelle Turquie) également associée à Isis, c’est une déesse-mère hautement vénérée qui a inspiré une multitude de divinités féminines du monde antique : Astarté, Tanit et bien d’autres… jusqu’à la Vierge Marie bien plus tard ! Mais les Romains ont apporté à cette fête de Cybèle une dimension humaine. Lors des Matronalia, festivités du mois de mars, ils ont commencé à célébrer les mères de famille (les « matrones »), en plus de la déesse-mère.

Cybèle, déesse-mère phrygienne et romaine

Cybèle, déesse-mère phrygienne et romaine

L’avènement du CHRISTIANISME : l’impossibilité de célébrer les Mères humaines

Ensuite, le Christianisme n’a pas su célébrer les mères à travers la dévotion à Marie pour une raison simple liée au dogme : Marie étant vierge… impossible de l’associer aux mères humaines. Pendant de nombreux siècles, on fêtera donc la maternité à travers Marie, sans relier la fécondité ni la fonction maternelle aux mères elles-mêmes ! Le dimanche de Laetare (4e dimanche du Carême), par exemple, fait référence au lait maternel, mais d’un point de vue très allégorique en tant que bienfait spirituel ; un concept assez éloigné d’une fête des mères honorant chaque Maman.

vierge marie et l'enfant jésus

la Vierge Marie et l’Enfant Jésus

Le Mothering Sunday au MOYEN-ÂGE : prémices d’une fête des mères au Royaume-Uni

Il faudra attendre le Moyen-Âge (vers le XVe siècle) pour voir ressurgir l’idée d’honorer les mères humaines. Au Royaume-Uni et en Irlande fut institué un dimanche de congé pour les domestiques, appelé le Mothering Sunday (trois semaines avant Pâques), afin de permettre aux mères de prendre une journée auprès de leurs enfants. Mais cette tradition est restée très reliée à la religion plutôt qu’aux Mamans, avec l’injonction de se rendre à « l’église-mère », celle où l’on avait reçu le baptême ou l’église la plus importante de la région. L’idée se réinstalla de vénérer avant tout la Vierge Marie, ou même la Mère-Nature (grande Déesse) pour les païen.ne.s très présent.e.s au Moyen-Âge. Et les mères humaines furent à nouveau mises au second plan…

terre mere et mere eglise

La Terre-Mère et la Mère-Église, Moyen-Âge (source : blogs.bl.uk)

À l’aube du MONDE MODERNE : Quand des hommes récompensent des femmes « méritantes »…

En France, Napoléon proposera une « Journée des Mères » en 1804, afin de rendre hommage aux femmes, dont les seuls rôles et “droits” à l’époque étaient la procréation et l’éducation des enfants. Mais le projet n’aboutira pas. La fête des mères devra patienter encore un siècle pour qu’en 1906, en Isère dans le village d’Artas ait lieu une célébration des mères. Mais pas de toutes les mères, et sous une forme encore très patriarcale : une association de pères de famille décide de récompenser deux mères de familles très nombreuses (9 enfants), par une cérémonie et un « prix de Haut Mérite Maternel ». On est encore loin de célébrer toutes les mères !

prix-haut-merite-maternel

le prix de Haut Mérite Maternel, 1906 (source : amikado.com)

Le Mother’s Day : les USA lancent la fête des mères au 20e SIÈCLE

C’est en 1914 qu’aux USA le président Wilson décrète le premier « Mother’s Day », proche de la forme moderne de la Fête des Mères. Julia Ward Howe, activiste féministe de Boston, avait déjà organisé une « Journée des Mères » en 1872… sans suite. Mais en 1914, ce jour férié est enfin l’aboutissement d’une longue campagne menée par la militante Anna Jarvis. Elle poursuivait le rêve de sa propre mère, ayant beaucoup oeuvré pour améliorer la vie des femmes, de voir une journée dédiée à honorer les mères. C’est également une tentative politique de réunir le pays autour d’une fête, dans un contexte très tendu à la veille de la Première Guerre Mondiale. Les mères sont mises à l’honneur, et la fleur de rigueur est alors l’œillet, en hommage à la mère d’Anna Jarvis. Anna Jarvis décèdera en 1948, après avoir âprement combattu la récupération de “sa” fête par la publicité et le commerce de masse des fleurs.

anna jarvis fete des meres

Anna Jarvis, à l’origine de la Fête des Mères moderne

Après les GUERRES MONDIALES : premiers essais de Fête des Mères en France

C’est à Lyon en 1918 qu’a lieu la première « Journée des Mères » française, en hommage aux mères et épouses endeuillées par la guerre tout juste terminée. Cette triste fête n’est pas reprise nationalement, mais se transforme en officielle « Journée Nationale des Mères de Familles Nombreuses » dans les années 20, afin de valoriser la maternité et relancer la natalité après la guerre. La Nation décore solennellement de la « Médaille de la Famille Française » les mères de nombreux enfants, pour rendre plus attractive l’idée de faire le plus d’enfants possible… Là encore, il s’agit plus d’une stratégie politique et démographique que d’une célébration de chaque Maman !

Medaille-famille-francaise

la Médaille de la Famille Française, 1920 (source : surlesbranchesdupommier.com)

DEPUIS 1950 : un jour pour toutes les mères du monde

C’est finalement en 1950 que la « Fête des Mères » française prend ce nom, s’élargit à toutes les mères, et devient celle que nous connaissons aujourd’hui. Toute la planète a peu à peu suivi cette initiative américaine, qui est au final une reviviscence de rites ancestraux. Dans le monde, la Fête des Mères, quel que soit son nom, est célébrée majoritairement au mois de mai. Quoi de plus naturel, en cette période où le printemps rayonne pleinement et où la nature autour de nous évoque la fertilité et la renaissance ! Le meilleur exemple en est le Mexique, où le 10 de Mayo (10 mai) marque le « Dia de la Madre », la plus grande fête du pays après Noël. Cet évènement annuel a même son propre monument depuis 1949 : el Monumento a la Madre.

El Monumento a la Madre, Mexico

El Monumento a la Madre, Mexico

AUJOURD’HUI : comment célébrer les mères en conscience ?

Nous l’avons vu, la façon de célébrer les mères a connu bien des formes. D’abord tournée vers le Spirituel et déconnectée de l’Humain, cette fête a connu de nombreuses tentatives plus ou moins heureuses, allant de bonnes intentions en caricatures patriarcales, navigant entre sincères élans du coeur et stratégies natalistes… Nous avons aujourd’hui la chance d’avoir ce recul, qui nous donne l’opportunité de choisir ce que nous voulons en faire ! De toutes ces expériences humaines, nous pouvons prendre ce qui est le plus pertinent et bénéfique, afin de créer un moment aussi spirituel que concrètement agréable pour chaque Maman.

célébrer les mères en 2022

Pour une belle Fête des Mères : mettre DU SPIRITUEL DANS LA MATIÈRE

En ces temps d’éveil individuel que nous connaissons (en parallèle d’une société complètement déconnectée de sa Nature), nous pouvons tout d’abord mettre une vraie intention dans les actes que nous poserons le jour de la Fête des Mères. Offrir sincèrement un cadeau plein de sens, rendre plus belle la vie d’une Mère (la nôtre, une autre ou nous-même !) le temps de cette journée, se rendre à un endroit symbolique de la maternité pour nous… En gardant à l’esprit que cette journée des Mères est celle de la bienveillance et de la gratitude, qui passent avant-tout par l’auto-bienveillance et une vraie connexion à l’Amour.

fete des meres conclusion

Pour s’inspirer : des DIVINITÉS MATERNELLES qui nous accompagnent

Pour nous soutenir dans cette intention, nous pouvons nous relier à un archétype (part de notre psyché), celui de la Mère, si bien représenté par les divinités antiques. La déesse Rhéa, et bien d’autres déesses-mères, peuvent nous aider à nous relier à ce que nous mettons dans l’idée de « Mère ». Cette part existe en nous-toutes et tous, qu’elle soit reliée à notre Maman, à nous-même, à la Terre-Mère ou à une autre femme qui représente la maternité pour nous. Nous pouvons fêter cette Mère universelle en célébrant une déesse, ou notre propre mère, mais aussi nous-même en tant que mère d’enfant.s, ou encore en prenant soin de notre mère intérieure, cette part de nous réconfortante et aimante. Nous pouvons, par le biais de plantes et de pierres issues des plus anciennes traditions, l’honorer et renouer avec la fécondité et l’amour, en nous et dans le monde. Au sens propre de la maternité, comme au sens figuré de notre capacité à aimer et créer.

divinités maternelles

NOTRE PROPOSITION : des objets naturels, énergétiques et spirituels issus de sagesses ancestrales

Nous avons créé les Bougies énergétiques MAMAN ainsi que la Fiole bénéfique MAMAN pour accompagner la célébration des mères. Objets bien concrets, elles sont pourtant imprégnées de spiritualité, avec des pierres et des plantes utilisées pour honorer les mères depuis des millénaires. Un cadeau à faire – ou à se faire ! – en conscience, comme cadeau de Fête des Mères ou à chaque fois que vous sentirez l’élan de célébrer, soutenir ou protéger une mère ! 

creations miracles happen pour la fête des meres

L’ESSENTIEL : choisir en conscience comment fêter les Mères

C’est l’enjeu de notre époque, savoir mettre du spirituel dans la matière. Et la Fête des Mères ne fait pas exception : nous pouvons en faire une fête ni réservée à des divinités, ni dénuée de profondeur. Un jour où notre part spirituelle vient s’incarner harmonieusement dans des actes et des objets du monde matériel. Moment superficiel respectant les conventions, retraite éthérée déconnectée du “réel”, ou célébration joyeuse et consciente : vous pouvez décider de ce que vous ferez de votre Fête des Mères !

Nous vous souhaitons une Fêtes des Mères pleine de beauté, et souvenez-vous : les miracles arrivent…

Florence BOSOM, de Miracles Happen

Bougie énergétique MAMAN

19,00 

En stock

Grande bougie énergétique MAMAN

37,00 

En stock

Fiole bénéfique MAMAN

25,00 

En stock

Articles liés

Article liés

0 commentaires

Laisser un commentaire

Vous avez aimé cet article ?

Vous avez aimé cet article ?

Inscrivez-vous à notre newsletter ! Et recevrez en plus un code de réduction de 10% :)

Félicitations pour votre inscription ! Voici votre code promo 7E5HBC2Y à utiliser une fois sur notre site.